EUTM Mali | De jeunes soldats maliens deviennent les pionniers de la 614e Batterie d’Artillerie de Campagne
26447
post-template-default,single,single-post,postid-26447,single-format-standard,ajax_fade,page_not_loaded,,qode-child-theme-ver-1.0.0,qode-theme-ver-9.4.1,wpb-js-composer js-comp-ver-4.12,vc_responsive

De jeunes soldats maliens deviennent les pionniers de la 614e Batterie d’Artillerie de Campagne

De jeunes soldats maliens deviennent les pionniers de la 614e Batterie d’Artillerie de Campagne

L’Equipe des Affaires Publiques de l’EUTM Mali, ainsi que le journaliste indépendant Paul Lorgerie, ont suivi pendant 3 jours un groupe de très jeunes recrues maliennes sur le terrain. Le fait que ces soldats deviendront les pionniers, non pas du Génie mais d’une 614e batterie d’artillerie de campagne récemment constituée, rend l’événement si particulier.

L’artillerie sol-sol, arme d’appui, est généralement une arme de tir indirect utilisant des canons de gros calibre. L’unité d’appui malienne servira le D-30, un canon de 122 mm remorqué.

L’obusier D-30 de 122 mm est d’origine soviétique. C’est une pièce d’artillerie sol-sol considérée comme robuste et utilisable dans des conditions difficiles. Sa portée maximale est de 15 kilomètres. Bien que le D-30 ne soit plus fabriqué dans les pays de l’ex-URSS, il est toujours produit et utilisé par les forces armées de 60 pays. Des soldats de plusieurs armées occidentales ont été formés sur le D-30 par différentes nations utilisatrices afin de pouvoir former des soldats étrangers à son utilisation.

Les caractéristiques du D-30 comprennent son montage mobile bas et son système de recul au-dessus du canon. Le montage mobile à trois pieds est inhabituel pour l’artillerie de campagne, avec des stabilisateurs serrés ensemble pour le remorquage et déployés lorsqu’ils sont en action. Une grande tringlerie de remorquage est fixée à la bouche et, lors du transport, le canon est donc remorqué.

D’un point de vue pratique, la cadence de tir maximale du D-30 est d’environ 5 à 6 coups par minute avec une équipe de servants bien entraînée. Ses utilisateurs apprécient le D-30 pour sa simplicité d’entretien. Réputé, il n’y a pas d’outils spéciaux dans son unité collective. Toutes les interventions peuvent être effectuées par une clé à molette et un gros marteau. L’entretien de routine et le nettoyage sont essentiels.

Camp de Sevare, 6e région militaire, 23 mars 2021,

Les attentes sont énormes. Après 9 semaines, l’entraînementau tir d’artillerie des forces armées maliennes touche à sa fin. Arrivée sur le terrain d’exercice du Camp Sevare, l’équipe du bureau des affaires publiques (PAO) a pu rencontrer les instructeurs de l’EUTM Mali et les stagiaires de l’artillerie des forces armées maliennes.

Après que les premiers ordres aient été donnés aux différentes équipes et que les soldats se soient dirigés vers leurs zones respectives, un garçon timide s’est approché de nous.  Il était habillé pauvrement et, par des gestes, il a essayé d’expliquer que ses chaussures étaient délabrées. Une bouteille d’eau et une banane lui ont permis de se sentir plus à l’aise. Soudain, il a dit “maman morte”. Ali a onze ans. Chaque jour, il suit de loin l’entraînement des jeunes soldats maliens, futurs artilleurs, qui pourraient être son grand frère ou sa grande sœur. L’âge moyen du groupe de soldats maliens était en effet de 20 ans.

Au cours du premier exercice, l’équipe PAO s’est concentrée sur l’équipe topographique et l’équipe de tir (ou unité de tir).

La section de reconnaissance topographique est chargée de reconnaître les positions où la batterie se déplacera, de déterminer ses coordonnées géographiques et d’attribuer l’orientation des pièces afin de les connecter au système de référence. Qui pourrait faire ce travail avec plus de précision que les jeunes femmes de l’équipe TOPO?

L’équipe de tir met en œuvre des éléments particuliers de l’obusier.

L’emplacement choisi pour l’installation duD-30 doit être aussi plat que possible. Tout d’abord, le chariot est soulevé par un cylindre hydraulique interne situé sous le berceau du canon. Une fois le canon à hauteur requise, les roues sont soulevées par le levier de levage, ce qui permet de séparer les deux axes stabilisateurs et de les amener vers l’arrière en configuration de tir. Les axes sont ensuite verrouillés à l’aide de goupilles. Le chariot est abaissé par le vérin hydraulique de sorte que les axes touchent le sol. Des piquets intégrés sont ensuite enfoncés dans le sol. À ce stade, le canon est prêt. Ce qui suit est la préparation des munitions. Après réception d’un ordre d’avertissement du Poste de Commandement (PC) de Tir, l’équipage charge l’obusier et élève le tube au point requis à l’aide des manivelles.

Camp de Sevare, 6e région militaire, 24 mars 2021,

Le deuxième jour, Ali est revenu. Nous avions préparé des sandwiches pour lui. Mais il avait amené ses jeunes amis. Ali était le plus âgé et il a partagé le petit déjeuner entre Popiteau, Cassime et Jugnot.

Avec l’argent que nous lui avions donné la veille, il avait acheté un nouveau T-shirt, un pantalon et un carnet de notes sur le marché local. Nous sommes restés à proximité du PC de Tir. Avec un bâtonnet, il a écrit des chiffres dans le sable. Les données de tir?

“Ali, que veux-tu être plus tard ?” “Artilleur.” “Et vous Popiteau ?” “Journaliste.” PAO a répondu : “Alors tu dois bien étudier et travailler dur. Promis ?”

Les petits gars étaient doués pour le compte à rebours : “quatre, trois, deux, un, feu, … Boummm”.

Au cours de plusieurs exercices à blanc, l’équipe PAO s’est concentrée, lors du deuxième jour de formation, sur le PC de Tir.

Le PC de Tir calcule les données de tir, et la direction du tir pour les canons. Le processus consiste à déterminer l’emplacement précis de la cible en se basant sur l’emplacement de l’observateur si nécessaire, puis à calculer la distance et la direction de la cible à partir de l’emplacement des canons. Ces données peuvent être calculées manuellement, en utilisant des rapporteurs spéciaux et des règles à calcul avec des données de tir pré calculées. Des corrections peuvent être ajoutées pour des conditions telles qu’une différence entre les altitudes de la cible et de l’obusier, etc.

Le PC de Tir transmet un ordre d’avertissement à l’unité de tir, suivi d’ordres spécifiant le type de munitions, le réglage de la fusée et la charge propulsive, le gisement, l’élévation et les consignes d’ajustement ou bien les ordres de tir d’efficacité. Les ordres d’élévation et de gisement sont spécifiés en millièmes.

Camp de Sevare, 6e région militaire, 25 mars 2021,

Le dernier jour de la formation était le point d’orgue pour les futurs artilleurs. Un effort supplémentaire a été demandé aux soldats maliens avant que la cérémonie de remise des diplômes n’ait lieu dans l’après-midi.

Le PAO et Paul ont été extrêmement occupés à mener des entretiens avec le chef du cours de l’EUTM et le Commandant en second de la 614e Batterie sol-sol. Cependant, nous avons également réussi à trouver l’équipe des observateurs avancés maliens.

A proximité des troupes appuyées, au contact, les observateurs avancés (OA) agissent. A ce niveau, ils observent, guident le tir et transmettent les corrections. L’observateur avancé dispose de moyens simples, tels que des jumelles, une boussole, des cartes et des règles de tir bien connues. Le tir commence par une phase de réglage au cours de laquelle un seul canon tire, et si les tirs ne sont pas précis, l’OA donne des instructions pour ajuster le tir. Lorsque le degré de précision est acceptable, l’officier donne généralement l’ordre de procéder à un “tir d’efficacité”. Un “tir d’efficacité” demande à tous les canons ou tubes de tirer un obus.

Et soudain, vers l’heure du déjeuner, Ali était de retour à son poste pour nous faire ses adieux. Il avait tenu sa promesse en allant à l’école. Nul doute qu’il deviendra un jour artilleur.

Dans l’après-midi, vers 15h00, les artilleurs et artilleuses maliens ont reçu leur certificat lors d’une cérémonie de remise des diplômes. On pouvait remarquer des sentiments mitigés parmi les diplômés. D’une part, tous les soldats étaient fiers et heureux d’avoir réussi et d’autre part, ils ont eu du mal à dire au revoir à l’équipe d’instructeurs de l’EUTM après neuf semaines d’enseignement, de coopération étroite et de mentorat.

Une nouvelle capacité pour les Forces Armées maliennes.

L’ennemi est engagé à de telles distances que les artilleurs ne peuvent pas voir l’objectif sur lequel ils tirent. Puisque l’objectif n’est pas visible, ces artilleurs doivent s’en remettre à un observateur d’artillerie avancé entraîné, qui voit l’objectif et transmet ses coordonnées au Poste de Commandent de Tir. Le Poste de Commandent de Tir, à son tour, utilise ces coordonnées pour calculer la direction spécifique, l’élévation du canon, la quantité de poudre et le réglage des fusées que l’équipe de tir utilise pour son canon et ses munitions.

Le capitaine DE LA PENA (ESP), Directeur du cours de l’EUTM, a vivement salué l’état d’esprit, le courage et l’engagement des stagiaires tout le long de la formation. « Si aujourd’hui c’est la fin de la formation, c’est bel et bien le début de la 614 batterie sol-sol ».
Et, le lieutenant M. D., commandant en second du 614 Batterie sol-sol, a déclaré au nom du capitaine A. D., commandant du 614 Batterie sol-sol: “L’artillerie tire sur des objectifs situés à des kilomètres… Mais je ne peux manquer de remercier de tout cœur l’équipe d’instructeurs de l’EUTM pour son dévouement et son professionnalisme au cours de l’instruction.”

Un autre coup dans le noir.

Outre l’exercice d’artillerie, le PAO a fait coup au but en contribuant, dans la mesure de leurs moyens et de leurs ressources, aux actions de l’Union européenne (en date du 24 mars) visant à faire respecter les droits de l’enfant et à soutenir les enfants dans le besoin.