EUTM Mali | L’attaché canadien de la défense et le commandant de la force de la mission du EUTM Mali parlent de la mise en œuvre de la gestion des ressources humaines et de la formation au droit international humanitaire (DIH)
L’attaché canadien de la défense et le commandant de la force de la mission du EUTM Mali parlent de la mise en œuvre de la gestion des ressources humaines et de la formation au droit international humanitaire (DIH)
EUTM, Mali, DIH
18220
post-template-default,single,single-post,postid-18220,single-format-standard,ajax_fade,page_not_loaded,,qode-title-hidden,side_area_uncovered_from_content,qode-child-theme-ver-1.0.0,qode-theme-ver-9.4.1,wpb-js-composer js-comp-ver-4.12,vc_responsive

L’attaché canadien de la défense et le commandant de la force de la mission du EUTM Mali parlent de la mise en œuvre de la gestion des ressources humaines et de la formation au droit international humanitaire (DIH)

Le 9 août, l’attaché de défense du Canada, le lieutenant-colonel Shaver et le commandant de la force de la mission EUTM Mali se sont rencontrés et ont parlé des nouveaux défis de la mission en tant que soutien à la force conjointe du Sahel G5. Mais aussi de la mise en œuvre des cours destinés à la gestion des ressources humaines et  de la formation au Droit International Humanitaire (DIH), fournis aux Forces Armées Maliennes (FAMa) et aux écoles militaires maliennes.

Depuis 2013 mai, le Canada appuie la mission EUTM Mali en finançant des projets de Gestion des Ressources Humaines (GRH). Afin de procéder à une évaluation des processus, du style de leadership et des structures organisationnelles de la GRH des FAMa, les conseillers militaires de l’EUTM Mali partagent leurs expériences avec leurs homologues Maliens. Ils fournissent des conseils aboutissant, si nécessaire, à des modifications procédurales et structurelles. Ceci afin d’améliorer l’efficacité et la réalisation concrète des diverses contributions au sein de la chaîne de commandement des forces armées maliennes.

Un autre intérêt commun concerne les projets du DIH. Le respect des droits de l’Homme et l’amélioration de la sécurité sont les éléments clés pour rencontrer la croissance des besoins humanitaires. Malgré les efforts déployés par le Gouvernement malien et ses partenaires, le nombre de personnes dans le besoin est estimé à 3,7 millions en 2017, contre 2,5 millions en 2016. Parmi eux, 3 530 000 sont confrontés à de l’insécurité alimentaire.

L’accès aux populations du Nord demeure un défi majeur en raison des attaques fréquentes contre l’armée nationale, les forces de sécurité et les organisations humanitaires.

Le respect des droits de l’Homme et du droit international humanitaire est un élément essentiel de la formation EUTM, dispensé par un personnel hautement qualifié. L’éducation comprend comme principes fondamentaux une compréhension de base de l’humanitaire, de  la distinction, la proportionnalité et la nécessité militaire.

En outre, la connaissance des mesures et des procédures requises pour traiter les sites protégés et les personnes telles que les prisonniers, leur transfert ainsi que leur traitement; l’identification et le traitement des enfants dans les zones de conflits armés.
Mais aussi les règles d’engagement, la légitime défense, la protection des femmes et la prévention des violences sexuelles, ainsi que la gestion des réfugiés et des personnes déplacées dans leur propre pays, revêtent une importance primordiale et donc, font partie de la formation DIH.

Tags: