Contexte Historique - EUTM Mali
Contexte Historique
21815
page-template,page-template-full_width,page-template-full_width-php,page,page-id-21815,ajax_fade,page_not_loaded,,side_area_uncovered_from_content,qode-child-theme-ver-1.0.0,qode-theme-ver-9.4.1,wpb-js-composer js-comp-ver-4.12,vc_responsive
 

Contexte Historique

C  O  N  T  E  X  T  E    H  I  S  T  O  R  I  Q  U  E

En janvier 2012, les rebelles touaregs rejoignent le Mouvement National pour la Libération de l’Azawad (MNLA) et prennent les armes contre le pouvoir central à Bamako, exigeant la sécession de la région de l’Azawad, traditionnellement reconnue comme seulement une entité culturelle par le gouvernement du Mali. En quelques mois, toute la partie Nord du pays (Kidal, Tombouctou et Gao) succombe à l’offensive des rebelles et des djihadistes.

 

En mars 2012, le capitaine Sanogo mène un coup d’État sans effusion de sang et assume la présidence du pays à la place d’Amadou Toumani Touré. Peu après, le 6 avril, le MNLA, sous l’autorité de Billal Ag Acherif, déclare unilatéralement l’indépendance de l’Azawad.

En juin 2012, les islamistes prennent le contrôle total de la révolte touareg et imposent la charia dans toute la région Nord du Mali, qui a pour résultat des déplacements massifs de population du Nord vers le Sud du Mali et d’autres pays frontaliers. Le 9 janvier 2013, les djihadistes, à l’époque AQMI, Ansar Dine et MUYAO, reprennent l’initiative et, à partir de leurs bastions du Nord, lancent une offensive coordonnée en ciblant Bamako.

 

En réponse à la demande d’appui du nouveau gouvernement de transition de Dioncounda Traoré, la France lance l’opération Serval. Avec le soutien des forces maliennes et tchadiennes, elle stoppe l’avancée des groupes islamistes radicaux.

 

En quelques semaines, la réaction internationale arrête les djihadistes qui, opposent peu ou pas de résistance. Ils abandonnent leurs bastions du Nord, se cachent parmi la population, se réfugient dans leurs anciens sanctuaires au Sahara ou fuient hors des frontières maliennes.

DEMANDE D’APPUI DU GOUVERNEMENT DU MALI

 

La Résolution 2071 du Conseil de Sécurité des Nations Unies demande directement aux organisations régionales et internationales, y compris l’UE, de fournir une assistance coordonnée, une expertise, une formation et un soutien pour le développement des Forces Armées et de Sécurité maliennes afin de rétablir l’autorité de l’État. Ceci est approuvé par la Résolution du Parlement Européen du 22 Novembre 2012.

 

Le 24 Décembre 2012, le Président de la République du Mali, dans une lettre adressée au Haut Représentant de l’Union pour les Affaires Étrangères et la Politique de Sécurité (HR), demande le déploiement au Mali d’une mission de formation militaire de l’Union Européenne.

Tous ces événements conduisent à l’adoption de la Décision 2013/34/PESC du Conseil du 13 janvier 2013, qui prévoit la structure et les objectifs de la mission EUTM Mali.

 

Ainsi, les premiers soldats européens arrivent à Bamako le 8 février 2013. Le 18 février, la Décision 2013/87/PESC est adoptée, lançant officiellement la mission EUTM Mali, qui est immédiatement activée à Bruxelles. Enfin, le 20 février 2013, débute la mission à Bamako.